Les textes qui sont publiés sur ce blog sont ma propriété, les photos sont soit les miennes, soit sous le copyright fabian da costa photographe. Sauf indications de sources de ma part. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

mardi 23 août 2011

Vercopoème V


Le Mont-Aiguille © fabian da costa


"Ce dont on te prive, c'est de vents, de pluies, de neiges, de soleils, de montagnes, de fleuves, et de forêts : les vraies richesses de l'homme ! Tout a été fait pour toi ; au fond de tes plus obscures veines, tu as été fait pour tout. Quand la mort arrivera, ne t'inquiète pas, c'est la continuation logique. Tâche seulement d'être alors le plus riche possible. A ce moment-là, deviens ce que tu es, deviens."

Jean Giono " Les Vraies Richesses "


jeudi 18 août 2011

Vercopoèmes IV

Vercors © fabian da costa


Falaises


Grandes déchirures de la montagne :
chaque coucher de soleil les embrase.

Pâles, suspendues dans le vide,
phosphorescentes de lune.

Masses noires, plus noires que la nuit.

Icebergs de pierre naviguant dans le ciel,
rouges, jusqu'à l'incroyable.



 




mardi 16 août 2011

Vercopoème III


hauts-plateaux du Vercors © fabian da costa


Celui qui aime la mer aimera les hauts plateaux.

Par leur longue houle verte, leurs croupes bondissantes,
par leurs majestueuses vagues de pierre, figées au-dessus de l'abîme,
ils sont lieux de solitude et de silence,
si profondément proches du monde sous-marin.

Voici que la matière torturée par l'eau et le vent
se sculpte en formes abruptes :
pierres rongées et percées pareilles au bois tendre,
arbres pétrifiés aux branches acérées.

Rien n'est ici tout à fait comme en bas,
parmi les hommes.

 




dimanche 14 août 2011

Vercopoème II


Le Mont-Aiguille © fabian da costa



Ailes dans le ciel.
D'invisibles ciseaux,
fendent le bleu soyeux
d'une criante lame.

jeudi 11 août 2011

Vercopoèmes I


Le Vercors © fabian da costa



 MONTAGNES 

Elles sont le souvenir de la grande colère du monde,
immobiles, comme la puissante main du temps les a laissées.

Grand élan figé dans l'espace nu,
lieux de la crainte et du désir de l'homme,
qui toujours et encore, veut jusque-là-haut,
porter son coeur insatisfait.