Les textes qui sont publiés sur ce blog sont ma propriété, les photos sont soit les miennes, soit sous le copyright fabian da costa photographe. Sauf indications de sources de ma part. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

samedi 25 novembre 2017

Hommage

Maître soufi dans la Dargah de Nizamuddin à Delhi
photo fabian da costa



Mon coeur devient capable de toute image:
Il est prairie pour les gazelles, couvent pour les moines,
Temple pour les idoles, Mecque pour les pèlerins,
Tablettes de la Torah et livre du Coran.
Je suis la religion de l'amour, partout où se dirigent ses montures,
L'amour est ma religion et ma foi.

Ibn’Arabi


En hommage aux centaines de  croyants soufis égyptiens, massacrés dans leur mosquée par une barbarie aveugle, cette image comme venue du fond des âges, comme une fenêtre ouverte sur un temps de paix, de respect, de paisible transmission d'un maître à ses disciples.

A Delhi, la Dargah de Nizamuddin, est le sanctuaire qui accueille le tombeau de Hazrat Khawaja Nizamuddin Auliya, grand saint du soufisme indien. Chaque jour, des centaines de fidèles viennent chanter et prier devant son mausolée. Nous y avons toujours été reçu avec amitié et bienveillance.



lundi 23 octobre 2017



Voici bien longtemps que je n'avais pas acheté un livre de poésie. Trop longtemps. Celui-ci me sauta aux yeux et au coeur. Il ne parlait que de la mer, toujours et encore - présente, en allée. 

" Nous nous sommes éloignés et lointaine est devenue la mer. elle a descendu nos marches de pierre et nos balustrades : l'eau s'est retirée en sa demeure, sous l'encolure de sa sombre vague. Lentement elle aspirait la surface de la terre et l'asséchait. Alors surgit la terre ferme avec ses stèles de pierre et ses prairies sculptées, des cheminées et des pierres verdies apparaissant peu à peu, et la mer restant à l'arrière, vaste murmure des forêts saccagées."

Je me suis éloigné de la mer...et ne m'en suis jamais consolée.

dimanche 22 octobre 2017

du non agir des citrouilles

photo fabian da costa



Un potager ça se mérite, ça s'enrichit, se sème, se plante, se désherbe, s'arrose...Un compost ça se débrouille tout seul ou presque, à digérer, transformer, usiner, ce qu'on lui jette un peu pèle-mêle au long des jours. 

Et voilà le résultat - deux plants de courges ont décidé de pousser là, et nous n'y sommes pour rien. Elles sont dodues, ventrues, superbes. Il a fallut courir rattraper l'une d'entre elles qui prenait le chemin de la liberté et du ravin. Même le concombre est venu de je ne sais où, s'installer - peut-être juste pour la photo.

Moralité de l'histoire, ne rien faire et laisser faire...c'est bien aussi et moins fatiguant !


vendredi 20 octobre 2017

Athos, la Montagne Sacrée

Contemplation du Mont Athos depuis les balcons du monastère de Simonos Petra


Comment parler du Mont Athos, surtout si l'on est une femme, sans entendre l'éternelle revendication féminine :
 " Et pourquoi les femmes n'ont-elles pas le droit d'y aller ? " Dieu sait, et c'est bien le lieu pour le dire, que je suis féministe - et pourtant, pourtant...


 Aux portes du jardin de la Mère de Dieu

Ouranopolis, trois rues parallèles : L’une au milieu du village, l’autre en bord de mer, la troisième un peu à l’écart. La première, bordée de magasins d’icônes et d’objets religieux, de bijouterie, de souvenirs…la deuxième, celle des restaurants - la troisième, la plus tranquille, abrite une boulangerie, une épicerie, quelques vraies maisons, j’entends par là des lieux où habitent de vrais gens.

La plage appartient aux chats, à leurs amours et à leurs bagarres, quand ils ne sont pas aux aguets sous les tables des convives.

Et malgré tout, en dessous ou en dessus des oripaux des commerces, des restaurants, des vagues de touristes sortant des cars pour y revenir une heure après, Ouranopolis “ la cité du ciel “, demeure toujours la dernière terre habitée avant ce territoire invisible et pourtant si présent, la Sainte Montagne. Le vrai charisme du village vient de cet ailleurs, de ce lointain qu’on ne peut voir, de cette montagne, pôle invisible qui aimante les pensées, les énergies.

Et puis la jetée, embarcadère des départs vers l’Athos et des quelques bateaux qui vont jusqu’aux  îles alentour. La jetée comme une passerelle sur laquelle vont et viennent les pèlerins, au milieu des voitures, des camions, des chargements de bois, de ciment, de vivres.

Des hommes, toujours et seulement. Des moines, beaucoup de moines, quelques anciens accompagnés d’un jeune novice qui porte leurs bagages, les pèlerins qui reviennent et ceux qui embarquent. Et parfois, deux ou trois femmes, les yeux fixés sur le bateau qui tire droit vers le large, puisque depuis des siècles aucune d’entre elles n’a posé le pied sur la terre athonite.

Il serait dommage de se lever “ vent debout “ contre cet “ Interdit “. Il serait navrant que les femmes, ne se souviennent pas de leur dignité. Il serait désolant qu’elles oublient, que si certains cultivent à leurs égards des pensées humiliantes, elles peuvent les leur abandonner, car seule la pensée des femmes sur elles-mêmes, compte.

“ l’Athos ne dit pas non aux femmes , il dit oui à l’inviolable. “ [1] Il dit oui à l’accueil d’un mystère que l’on peut refuser, mais qui a beaucoup à dire si on veut bien l’écouter. Il apprend qu’il est possible de contempler une fleur et de ne pas la cueillir, que certains territoires peuvent se connaître justement, par l’absence et le silence.

Ne plus se croire le droit de tout voir, de tout savoir, parce que cela existe, et bien davantage encore, parce que c’est impossible - plus profondément aussi, respecter la virginité en l’autre et en soi, pour que vienne au monde le Tout Autre, tellement plus important.

Oui, ne pas entrer, mais contempler une toute jeune fille qui se promène dans ce jardin. Elle est celle que Dieu a choisi - une vierge innocente - ce qu’il y avait de plus fragile, de plus fort, de plus précieux en Israël,  pour mettre au monde son Fils, le Fils de l’Homme.

Et voici qu’elle est Reine en ce Jardin. Elle l’a - dit la tradition - demandé comme un cadeau à son fils, et un fils, surtout là-bas, ne refuse rien à sa mère.

Être assise aux portes du Jardin de la Mère de Dieu n’est pas une humiliation, une frustration. C’est la grâce particulière de découvrir en son propre coeur les chemins  qui conduisent vers le Grand Mystère, et ils ne sont pas si différents de ceux que foulent les pieds des pèlerins, sur la Sainte Montagne.

Anne da Costa 

" Le mont Athos, une expérience spirituelle " Ed. Dervy






[1] Bertrand Vergely

jeudi 19 octobre 2017

Le Mont Athos, une montagne sacrée II

l'auteur


son assistante

Une montagne sacrée



Un certain nombre de livres ont déjà été publiés sur la sainte Montagne du mont Athos ; beaucoup sont des récits de voyages, des reportages ou des livres de photographies sur l'architecture des monastères. Mais jusqu'à présent, il existe très peu de documents concernant la vie quotidienne et spirituelle des moines orthodoxes qui peuplent les 20 monastères et les ermitages du mont Athos situé au coeur de la Grèce, endroit fascinant et secret. L'auteur lui-même devenu orthodoxe dans une dépendance du mont Athos, a pu recueillir au cours de ses séjours sur la Sainte Montagne, les témoignages de ses amis moines qui lui ont raconté les parcours des moines et des ermites qui ont qui ont habité et habitent encore sur ces saints lieux, ce qui donne à ces récits une fraîcheur de témoignages collectés de première main.
Fabian da Costa, titulaire d'un DEA d'art byzantin, photographe professionnel, membre de l'agence Gamma Rapho, a été secondé pour l'écriture de ce livre par sa femme, Anne da Costa, écrivain.

( 4ème de couverture)

Voix de femmes

Jardin zen d'Erik Borja



Pour entrer joyeusement, fortement, dans l'intériorité de l'hiver. Pour prendre des forces de lumière et d'espérance, venez, si vous le pouvez, nous retrouver là-bas.


Voix de Femmes
Forum les 11, 12 et 13 novembre 2017
au Centre des Congrès d'Aix-les-Bains (Savoie)


Grande joie de participer à nouveau très bientôt au forum A Ciel Ouvert. Chaque année, depuis 33 forums le même enthousiasme, la même nourriture, fondés sur l'Etre y sont partagés. C'est si rare et si précieux !  Toute l'atmosphère créée est un bain régénérateur très salutaire qui fortifie ; c'est  bon de voir chacun s'exprimer à sa façon, avec simplicité et sincérité.  C'est donc un appel irrésistible et renouvelé à joindre ma voix à ce partage qui nous soutient tous sur notre chemin, et nous encourage à donner le meilleur de nous-mêmes dans tous les domaines de notre vie.
Marie-Agnès Bergeon - animera au Forum une conférence-échanges sur le thème :
« Rôles de femmes et déesses dans le cheminement spirituel »


Voix de femmes en harmoniques pour la plus belle des musiques. Celle qui vient de l’âme et qui emplit, remplit, vivifie.
Au plus intime de nos coeurs, nous savons tous que lorsque le féminin guérit, le monde guérit.
Toute femme qui soigne, chante, peint, écrit, toute femme qui crée de la vie est une déesse et fait venir ici, la divine présence féminine  de Dieu. Voix de femmes bien sûr, et voix d’hommes également, pour oeuvrer dans cet âge de fer et de ténèbres à la restauration de la beauté, de la paix, de l’amour tout simplement.
Anne da Costa - écrivaine, anime des stages d’écriture.


Le forum est une rencontre d'âmes en chemin, curieuses du mystère de la Vie.
Avec joie et enthousiasme, elles célèbrent l'écoute, le silence, la beauté, l'échange, l'inspiration.
Et l'amour nous invite à sa table.
Voix de femmes : voie du féminin. voie du lien, intime, silencieux, festif et créatif avec l'amour au plus profond de notre terre sacrée.
Se crée alors, un nid de paix, de joie et d'abondance qui s'épanouit.
Quel plaisir alors de chanter l'Oeuvre à deux voix : voix de femmes et voix des hommes.
Edith Martens
animera au Forum un atelier de chant « Au cœur du chant de l'être »




vendredi 13 octobre 2017

Ecrire

forêt du Vercors - photo personnelle


‘’Je t’écris du temps d’avant les âges’’

 

Avant la lettre il y eut le signe, avant le signe il y eut l’arbre dressé et la branche tombée, l’herbe couchée, échevelée, tordue.

Il y eut la griffure des pattes d’oiseaux dans la neige fraîche et l’empreinte du renard dans les sous-bois humides.

 Il y eut le nuage étiré, roulé, déchiqueté sur le ciel, la pierre éclatée  par le gel de la nuit.

 Il y eut des siècles comme des jours et des jours sans limite aucune.

 Il y eut du feu, rouge comme ton sang, de l’eau  pour effacer le feu, et toi pour que je te connaisse.

Voilà pourquoi je t’écris de ce temps d’avant les âges, de ce temps  où nous devions nous retrouver, pour que de ma main qui trace ces signes, à tes yeux qui les lisent, le chemin se fasse, unique.

‘’Il était une fois et une fois il n’était pas… ‘’

C’est ainsi que tous les conteurs des vieux mondes commencent leurs histoires.

Donc, il était une fois et une fois il n’était pas, un empereur qui régnait trois mille ans avant notre ère sur la terre de Chine.

Huangdi, dans le bleu nocturne, regardait ciel après ciel, les astres et les planètes. Il les voyait dans la nuit, signes jetés par les dieux à la face des hommes. Quand le jour se levait sur les plaines, les montagnes et les mers de son royaume, il quittait son trône de jade et marchait à pas lents. Il marchait seul, loin de ses ministres, loin de ses courtisans, de ses généraux, de ses gardes, et personne n’aurait osé rompre sa solitude. En ce temps là, dans ce pays là, un Empereur n’est pas comme un dieu, il est un dieu. 


Wu Weige, le poète, nous dit que Huangdi, trouva dans la course des étoiles, dans les tendres et légères traces des oiseaux sur la neige, la révélation de l’écriture. Pour lui, les arbres et les pierres, les longues herbes sous le vent, se firent signes et caractères. Pour lui, la nature et le cosmos offrirent les pleins et les déliés, les points et les traits, et toute chose parla de sa propre parole. Ce fut comme un éclair, et Huangdi sut ce que les hommes allaient mettre des siècles à apprendre. Mais ce n’est tout encore : Wu Weige ajoute, comme en passant, ‘’Après cela, l’empereur pleurait beaucoup dans la nuit, et il y avait de quoi.’’

Il faut toujours croire les poètes. Il faut les croire plus que les savants, plus que les professeurs, plus, surtout bien plus que les hommes qui nous gouvernent. Car eux seuls disent toujours et forcément la vérité. Si un savant, un professeur, un homme politique se trompent, ils se trompent, tout simplement. Mais si un poète à l’air de s’égarer, voire de mentir, il a quand même raison  puisque jamais il ne parle de la surface du monde. Il ne parle pas des choses d’ici, variables et trompeuses, car elles ne sont qu’une peau qui se ride et se fane.  Il parle des choses vraies : celles d’en dessus et celles d’en dessous.

Il est donc certainement bien vrai, que Huangdi, l’Empereur des quatre mers, pareil au soleil, précieux et pur comme le jade de son trône, comme les colonnes de jade sculpté qui soutenait le ciel de jade de son trône, Huangdi dans sa longue robe jaune pleurait toutes les nuits. Il pleurait et je vois les larmes couler de ses yeux jusque sur ses mains. Il pleurait et moi qui ne sais pas la raison de ses larmes je voudrais pouvoir pleurer aussi.

Anne da Costa

lundi 24 juillet 2017

Ce qui est éternel

Méditation dans le désert de Thar, Rajasthan - photo fabian da costa



Il nous est accordé de révéler notre âme, ce qui est un en nous, ce qui est éternel. Nous ne le pouvons qu'en passant par le Multiple éphémère ; en affirmant l'infinité de l'esprit par le sacrifice continuel des formes. 
Le moi, étant le vase qui recueille et contient, nous donne l'occasion de renoncer. Si nous ne croyons qu'au moi, nous nous cramponnons désespérément à ses trésors, cause, pour nous, d'échec et de détresse. quand nous croyons à l'âme, l'inconstance même de la vie prend sa signification éternelle, et nous pouvons nous offrir de le perdre.

" Pensées sur l'immortalité - Rabindranath Tagore in " L'Inde et son âme " Feuilles de l'Inde n°1

mercredi 28 juin 2017

Le tremblement du monde...

le Jardin Zen d'Erik Borja - photo personnelle



"… essayons plutôt de trembler en nous penchant vers l’autre
plutôt que d’être sûr de nous mêmes quand nous allons frapper l’autre.
Essayons de comprendre comment le monde à son tour tremble,
mettons-nous en accord avec le monde,
tremblons du tremblement du monde,
ce n’est pas un tremblement de faiblesse,
ce n’est pas un tremblement d’hésitation
c’est le tremblement de celui qui vit la vie du monde,
c’est peut-être ce qui nous est donné de plus fantastique 
aujourd’hui "

Edouard Glissant conférence d'Uzeste en 2004

Commencez dès maintenant !



Trouvé dans l'antre d'un sage et reçu comme il se doit. Avec respect et reconnaissance.

samedi 24 juin 2017

A rebrousse-poils

chat chinois dans un temple zen
 ne pas essayer de le caresser à rebrousse-poils



Rebrousse poils

Se dit de l’état d’une personne agacée par l’accumulation de petites contrariétés, d’une kirielle de casse-pieds, de nuits étouffantes, de journées brûlantes, et de quelques autres brimborions du même acabit.

Alors, comme bulles de savon au gré du vent, éclatent honteusement  : le oui à toute chose, la présence à soi, la zen attitude, les tentatives de mindfulness…etc…

Ne restent visiblement que l’énervement préventif, le “ ne me touchez pas où je mords “, la devise lue à l’arrière d’une voiture occitane, “ Volem rien foutre al pays “.

Bien, mais comme il n’est pas possible de rester dans cet état dévastateur je vais me soigner – une bière fraîche peut-être, une lecture marrante, pas de spiritualo-psychologico, il fait trop chaud. Et pourquoi pas de la calinothérapie ?


samedi 17 juin 2017

Les heures du jour

Soir d'orage - photo fabian da costa



Invisibles tranches du temps, petits carrés de mosaïques au plafond de nos vies. Un petit cube de verre bleu pour les jours de soleil, un cube de verre feu pour les soirs d'été. Irisation de nos ciels.

Aller d'un bout à l'autre du jour, depuis le ciel du matin dans les carreaux de la fenêtre, jusqu'au seuil de mon sommeil. Je voudrais une fin de journée, m'asseoir dans le silence de la maison et laisser glisser les heures sur mes mains immobiles. Je voudrais voir la lumière couler sur les murs et les vitres, l'ombre s'allonger comme un chien fatigué sur le carrelage frais. Je voudrais entendre le temps passer, marcher. je voudrais me défaire de l'habitude du faire et attendre la nuit.

La première gloire de l'enfance s'éteint quand s'accélère la sensation du temps qui fuit. Viennent alors en rangs serrés les devoir, les falloir, les exigeantes urgences. Le velouté de l'enfant se râpe et se durcit au frottement de la vie. Le cal nous vient au coeur et s'oublie alors le bonheur de regarder les heures et les jours avec des yeux tranquilles.

Pouvoir rester, même de rares fois, dans la sérénité du temps qui passe. Parvenir juste par instant, à se faire un ami de cet ennemi. Apprivoiser le tyran qui nous étreint chaque jour, pour nous laisser rompu au bout de notre vie. Ce n'est pas la moindre grâce qui nous serait donnée là.

J'ai cru voir pour la première fois des aubes se lever dans des ciels toujours neufs. J'ai découvert les gestes du matin, ceux que l'on fait le coeur encore endormi, replié sur la nuit toute proche. La danse quotidienne qui apporte sur la table, le thé, le lait, le beurre, les céréales. Faut-il donc tout ce temps pour en prendre conscience ?

Et puis viennent les soirs. Ceux d'été où la lumière s'attarde longuement sous le toit, avant de se déliter dans le champ de blé où elle se couche ici. Nous dormirons dans l'odeur du soleil, des tilleuls et des vieilles tuiles rousses du l'atelier voisin.

mardi 6 juin 2017

Des autobus, des femmes et des hommes






Une aimable plaisanterie attribuée à Mark Twain - on ne prête qu’au riche - me fait toujours rire, parfois rire jaune …



Ce très cher humoriste anglais, disait : les femmes se plaignent qu’une fois conquises, leurs amoureux, maris ou amants ne leur fasse plus la cour…mais enfin, quand après avoir couru derrière un bus à perdre haleine, on a enfin réussi à sauter dedans, on ne va tout même pas en descendre pour recommencer la course !!!



Voilà, voilà : depuis Eve sans doute, les femmes et les hommes ont des points de vue différents sur la question. Eve dit, “ Tu es tout pour moi “, et elle s’attend à la réciproque bien entendu. Hors, Adam est bien d’accord… pour être tout pour elle…

Est-ce la fin de l’histoire et du voyage en bus ?



Peut-être pas car il existe des solutions.



Solution 1 : virer le coureur essouflé hors du bus, juste pour lui apprendre la vie. Ne pas oublier de ralentir la vitesse du véhicule, car l’âge venant, il court peut-être moins vite.



Solution  2 : si le premier coureur lâche l’affaire, attendre d’en voir passer un autre. Choisir un coureur de fond ou encore mieux un marathonien.



Solution 3 : aménager son bus à sa guise et se trouver très bien comme ça.



Solution 4 : proposer une partie de cache-cache au premier coureur, mais à l’intérieur du bus.



And with love, beaucoup, beaucoup de love…pour les hommes que nous aimons








jeudi 27 avril 2017

Poème pour Orphée

Orphée et Eurydice

Orphée avait reçu la permission de ramener sa fiancée des enfers à la condition de ne pas se retourner pour la regarder - ce qu'il fit et ce pourquoi il la perdit


Nos jeunes années
et les autre qui viennent,
lesquelles serviront à éclairer le chemin ?

Sur une feuille réapparue,
sous l’encre déteinte,
affleure l’enfant perdu.

Faut-il se retourner Orphée ?
Faut-il mourir pour abandonner
nos souvenirs tenaces ?

Oublier ou retenir,
vouloir les deux, est-ce avoir tort ?
Renoncer est si mal commode.


mercredi 26 avril 2017

Pour un temps suspendu...



Un lieu de paix et de silence - le jardin Zen d'Erik Borja - Drôme


Et nous sommes comme des fruits. nous pendons haut à des branches étrangement tortueuses et nous endurons bien des vents. Ce qui est à nous, c'est notre maturité, notre douceur et notre beauté. Mais la force pour ça coule dans un seul tronc depuis une racine qui s'est propagée jusqu'à couvrir des mondes en nous tous. Et si nous voulons témoigner en faveur de cette force, nous devons l'utiliser chacun dans le sens de sa plus grande solitude. Plus il y a de solitaires, plus solennelle, émouvante et puissante est leur communauté.

Rainer Maria Rilke " Notes sur la mélodie des choses."


     Lu ce matin, dans le silence d'un jour qui commence, froid et gris, avec pour seule musique, celle de la pluie qui tombe du toit sur les pierres du jardin. Avec pour seule présence, celle d'un chat roux qui vient de rentrer trempé de sa maraude nocturne. 
      Alors oui, comme un désir de retrait, de solitude, au milieu de cette tempête de bruits, d'invectives, de postures médiatiques, d'heures et de jours, de semaines à venir, qui seront remplis de petites phrases et de grands mots - de ceux qui feront peur, et des autres qui se voudront porteurs d'espoirs. 
     Le jour venu je ferai ce que ma raison à défaut de mon coeur, me demandera de faire. Et ensuite, j'essaierai chaque jour de témoigner, à ma mesure si légère, de cette force fragile qui appelle chacun à la maturité, à la douceur, à la beauté.





jeudi 20 avril 2017

Hommage


Emmanuel

Refermer mes mains lentement sur ses mains,
pour qu'il ne pleure pas : il sait que je le quitte.
Mais un jour, un matin peut-être, très ordinaire,
quelqu'un viendra, qui me ressemble étrangement
et qui prendra ses mains, comme à cet instant même.

Quelqu'un qui me ressemble et qui ne sera pas 
son père familier, ce sera l'étranger, qu'il aura
quelquefois entrevu dans un songe,
un ange de tendresse et de longue patience,

et qui l'emportera au lieu d'inconnaissance
où tournoient les soleils.

Jean Vigna 


Ce matin, quatrième jour de la Semaine Lumineuse, celle qui suit le dimanche de la Résurrection, nous avons entouré Jean, notre ami, qui cheminait une dernière fois avec son fils, sur l'ultime chemin. Malgré l'âge venu, Emmanuel était resté cet enfant ébloui par un vol de colombes, ce coeur ouvert simplement aux étonnements de la vie.

Jean nous a confié ce poème, écrit quelques mois plus tôt, et je lui ai demandé la permission de le partager ici - comme un hommage à l'amour paternel, comme un cadeau aussi, fait à nous tous, qui nous tiendrons un jour ou l'autre au seuil de cette insondable inconnaissance.


lundi 17 avril 2017

Le champ du rêve



Le champ du rêve se travaille la nuit, quand s’éveille tout un monde inconnu de nos jours.
Et ce monde là, laisse sur ses pas des ombres et des brumes, des éclats de soleils, des éclairs de comètes, qui traversent, fulgurants souvenirs, nos mémoires éblouies.

Nous ne labourons pas ce champ, mais nous en récoltons les fruits. Alors peut s’élever dans nos coeurs, dans nos âmes, le chant du rêve – celui qui vient dans le silence apprivoisé de ce qu’on nomme rêverie.


dimanche 16 avril 2017

Quand vous avez un rêve

                     

                     

 
  Un rêve n’est pas ce dont vous rêvez et qui arrive ensuite. Le rêve est une chose à laquelle vous ne vous attendez pas et qui débarque dans votre vie. Les rêves arrivent par derrière, pas devant vos yeux, ils vous parlent dans votre dos.

  Quand vous avez un rêve… Il ne vient pas à vous en criant ce que vous êtes, ce que vous devez faire du reste de votre vie. Ils sont parfois des murmures. Et j’ai toujours dit à mes enfants : les choses les plus difficiles, à écouter, votre instinct, votre intuition personnelle, sont discrètes, elles ne surgissent pas bruyamment.

  Si un jour dans votre vie, vous êtes prêts à écouter ce murmure dans l’oreille, car il hurle très rarement, si vous pouvez l’entendre, si vous le sentez au fond de vous. Si c’est quelque chose que vous pensez vouloir faire toute votre vie, cela deviendra ce que vous ferez tout le reste de votre vie et nous profiterons tous de ce qui naîtra de cette passion. »

Steven Spielberg