Les textes qui sont publiés sur ce blog sont ma propriété, les photos sont soit les miennes, soit sous le copyright fabian da costa photographe. Sauf indications de sources de ma part. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

dimanche 8 juillet 2012

de l'art ancien du coupe-papier


L'été voit fleurir, chez-nous comme partout en France, les vides-greniers, délicieuses occupations des dimanches.

Du vide-grenier de Pont-en-Royans, nous avons ramené hier, quelques bricoles et quelques livres, dont celui-ci. Il est de 1938, et comme tous les ouvrages de sa génération, ses pages de papier crème et un peu jaunies par les ans ne sont pas coupées.

C'est ainsi que j'ai redécouvert ce matin, aux petites heures du jour, l'art ancien du coupe-papier. Art qui demande de la patience, le livre est assez gros, de la précision, les feuilles sont fragiles et il ne faut pas les déchirer par trop de hâte. A ces exigences, les récompenses ne manquent pas. Le toucher soyeux de chaque page, l'odeur très douce de ces anciens papiers, valent largement les contraintes de l'opération.

Il faut aussi oublier la facilité avec laquelle, les livres de nos jours se laissent ouvrir, parcourir, dévorer même. Ici, je l'avoue, je n'ai pu m'empêcher de lire au fil des pages découpées, quelques lignes qui ont attisé mon désir. Je crois qu'il est question de quête intérieure, de montagnes enneigées, de monastères et de moines, de princesses indiennes, de sages, de femmes aux pouvoirs merveilleux...

Bref, de quoi attendre avec impatience de tout découvrir. Mais un livre qui se termine ainsi : " La voie est ouverte à tous, et tous doivent finalement s'y engager...et le plus tôt sera le mieux. Puissions-nous ne pas trop tarder, telle est ma prière ! " vaut bien quelques heures d'attente.

dimanche 1 juillet 2012

le prof de musique, la Royale Enfield et le taureau


 Rishikesh


Sur la moto de Shivanand, musicien et directeur d'une école de musique gratuite pour les enfants défavorisés de Rishikesh, je viens juste de rouvrir les yeux après avoir vu un superbe taureau au beau milieu de notre route. Je ne sais pas si nous l'avons dépassé côté cornes, ou côté queue, mais toujours est-il qu'il n'était plus là quand j'ai osé regarder à nouveau la vie en face...

Et dire que je n'avais même pas remarqué que j'avais l'honneur de rouler sur une Royal Enfield !!! Quelle honte !!!