Les textes qui sont publiés sur ce blog sont ma propriété, les photos sont soit les miennes, soit sous le copyright fabian da costa photographe. Sauf indications de sources de ma part. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

mardi 11 décembre 2018

Souvenir du Rajasthan

désert de Thar - Rajasthan - photo fabian da costa


 Voilé, dévoilé


 De l' Inde je ne connaissais vraiment que le Kerala, ses verts intenses, les lagunes et les canaux qui la parcourent comme autant de routes langoureuses et secrètes. Je connaissais les femmes keralaises, et certaines intimement, leurs saris qui en faisaient autant de fleurs épanouies au bord des routes poussiéreuses, au milieu des voitures, des rikshaw, des motos crachant leur nuage de pollution et les beuglements de leurs klaxons aussi nécessaires à la conduite que l'accélérateur ou le volant.
Je connaissais surtout le sourire éclatant de gentillesse qui répondait au mien, la douceur et la profondeur des regards qui offraient sans crainte le chemin qui mène à la source du coeur.

Aujourd'hui je découvre le Rajasthan et je m'approche d'un féminin tout autre, un paysage inconnu.
Les femmes ici, sont à la fois petites comme de toutes jeunes filles et majestueuses comme des reines. Elles vont, scintillantes de bijoux, et sur le long voile qui les enveloppe je me suis interrogée. Femme occidentale, bien entendu farouchement attachée à la liberté et à l'égalité que nous avons mis si longtemps à acquérir, qu'y avait-il à comprendre pour moi, de ces femmes voilées, dissimulant entièrement ou à demi leurs visages.
A mes tentatives de sourire j'obtenais peu de réponse, comme un éclair parfois d'une bouche qui acceptait de se desceller, mais les yeux fuyaient mon regard ou bien restaient aussi infranchissables qu'une muraille défensive.
Ce n'est qu'au bout de plusieurs jours de déception et de frustration, que j'ai eu la chance de rencontrer chez elles, ces femmes jusque là inaprochables. C'est ainsi que j'ai pu apprendre, par gestes, rires et sourires, le secret du voile. Ces redoutables magiciennes en usent avec un art consommé qui se transmet de mères en filles. Entièrement sur le visage, il protège du vent, de la poussière, des regards indiscrets. A moitié ouvert, parfois retenu entre les dents, il ne laisse apparaître qu'un oeil noir de khol, et fait encore plus désirer le visage tout entier. Et si la Rajapoute est lassée de son interlocuteur, elle ramène son voile et se retire à volonté derrière ce léger, mais inviolable rempart.

Nous avons pour nous-même dépassé bien des limites imposées autrefois par l'éducation et la tradition. Nous nous réjouissons avec raison d'une liberté de parole et d'expression auxquelles nous ne pourrions renoncer. Nombre d'entre-nous ont abandonné sur les divans et les fauteuils de nos psys, les fardeaux qui nous encombraient. Nous n'hésitons pas à confier à des lointains plus ou moins proches, l'intimité de notre vie amoureuse ou intérieure.
Du silence emmuré de nos parents et grands-parents, nous voici passées à la parole libérée de toute entrave, parfois de toute pudeur.

Alors, sans chercher à devenir ce que nous ne sommes pas, ce que nous ne serons jamais, pourquoi ne pas réfléchir, ne fut-ce qu'un instant, à ce que peuvent nous révéler ces voiles mouvants qui tremblent sur le visage de ces femmes.

Peut-être pourrions-nous apprendre d'eux qu'il n'est pas toujours utile de révéler au grand jour ce qui demande de l'ombre et de la discrétion. Que le mystère de l'autre, autant que de soi-même, a besoin de protection, de solitude et de silence.
Le numineux, le sacré, et je me permets de croire que le féminin en est particulièrement riche, demandent à être voilés, pour donner accès à l'ultime grotte du coeur.

Je vous écris ces lignes dans la douceur du crépuscule indien. Des aigrettes blanches viennent de se poser sur les branches des arbres qui bordent le jardin. Il paraît que la nuit dernière une panthère se promenait dans les bosquets. Vraiment, l'Inde est le pays de nos rêves d'enfants.