Les textes qui sont publiés sur ce blog sont ma propriété, les photos sont soit les miennes, soit sous le copyright fabian da costa photographe. Sauf indications de sources de ma part. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

mercredi 10 octobre 2018

Lettre d'hier et d'aujourd'hui encore...

photo fabian da costa



Trier des papiers...voyage dans les souvenirs...ici une lettre envoyée à nos enfants, pré-adolescents. Oubliée, relue et à peine retouchée. Celle que je peux toujours envoyer à ceux qui sont maintenant de jeunes adultes.





A mes enfants


 Je vous écris d’hier, d’un temps d’avant le temps de maintenant – celui où on n’a plus le temps.

Je vous écris de ce lieu oublié, massacré, piétiné. D’un drôle d’endroit, en haut à gauche de votre poitrine. Du lieu du coeur.

Révoltez-vous mes enfants, révoltez-vous. Oui, c’est moi votre mère, qui vous le demande. Révoltez-vous contre les pilleurs de bonheur, contre les pollueurs de beauté. Fuyez les assassins de votre innocence, les voleurs de rêves.

Ne les croyez pas ceux-là, qui goutte à goutte, emprisonnent votre âme et vous désespèrent avant même l’espoir.

Ils vous diront que le comble du bonheur c’est de pousser un caddie chargé de sodas et de sucreries dans un supermarché dégoulinant de lumières et de musique inepte.

Ils vous feront croire que vous n’existez pas si vous n’avez pas, aux pieds, sur la tête et sur le dos, petits singes sandwichs, leurs pompes et leurs fringues.

Ils vous répèteront que le travail est un esclavage féroce qui vous broiera, et que de toutes façons il n’est pas utile de faire des efforts, puisque ce travail ne sera pas pour vous.

Ils vous apprendront que l’amour est un jeu dangereux dont il faut se protéger par un peu de caoutchouc – et qu’avec ce petit accessoire-là, liberté et bonheur sont à vous.

Ils vous affirmeront que l’habitude tue l’amour et que seuls peuvent émouvoir, les multiples éblouissements, les fulgurantes passions.

Ce n’est pas vrai, on peut aimer comme au premier jour. Aimez de tout votre cœur, de tout votre corps, l’être qui sera votre tout, votre unique. Que votre âme s ‘élance vers lui, vibrante comme au matin de l’amour.

Que ferais-je pour vous qui êtes mes plus chers ? A quoi sert-il que je sois, en vous regardant, envahie d’une colère amère. Nous vous donnons un monde dévasté, ravagé, et vous savez déjà que rien ne vous protègera de la folie des hommes.

Il y avait tout à l’heure, de grands bleuets pâles, en lisière du champ de seigle. Le soleil se renversait doucement sur le coteau violet. Venez vous asseoir, seulement vous asseoir auprès de ces innocentes fleurs, pour que votre cœur enfin, se repose tranquille.
Il faut oser se pencher sur leur bleu éphémère, et boire comme une source fraîche et très ancienne, leur simplicité. Alors peut-être pourrez-vous commencer à dire non à ce qui tue pour accueillir le courage de la vie.

C’est une chose bien dérisoire n’est-ce pas, que de se reposer au milieu des fleurs pour changer le monde. Mais s’agit-il de changer le monde ? Il ne vous sera pas forcément donné le pouvoir ou la parole nécessaires aux grandes actions. Mais vous aurez toujours un cœur à purifier, pour que limpide, il reflète sur vous et sur les autres, le bleu d’un  soir d’été au soleil couchant.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire