Les textes qui sont publiés sur ce blog sont ma propriété, les photos sont soit les miennes, soit sous le copyright fabian da costa photographe. Sauf indications de sources de ma part. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

vendredi 28 septembre 2012

Une idée...

fabian....le filmeur

     Je le connais bien celui-là, autrefois on aurait dit qu'il était ma moitié...mais je le préfère en entier. Donc lui, qui dort d'habitude comme un loir, mais c'est faux... je peux témoigner que les loirs font sarabandes nocturnes, donc qui dort mieux qu'un loir, se lève un beau matin en disant " j'ai eu une insomnie et une idée." 

    J'aurais dû me méfier, une idée au milieu de l'insomnie de quelqu'un qui en fait si rarement, cela pouvait se révéler dangereux. 

    - " Voilà continue l'insomniaque amateur, je viens de faire un film sur un village en Inde, il faut que j'en fasse un sur mon village en France.     
    
    Effectivement, c'était une idée :



        Etikoppaka, " petit village " de l'Andra Pradesh, deux à trois mille âmes, est remarquable par ses nombreuses coopératives, fruits de l'esprit gandhien qui l'anime encore. A la suite de la visite du Mahatma, le grand propriétaire de l'époque, décide d'installer sur ses terres, des coopératives  qui permettront aux villageois de rester chez eux et de ne pas aller grossir les bidonvilles urbains. 
   Aujourd'hui le village vit de ses coopératives laitière, sucrière, et d'objets en bois tournés et laqués. Leur vie nous semblerait sans doute pauvre, mais ils ne sont pas misérables. Leurs enfants sont éduqués, les soins sont assurés et le souhait de Gandhi qui voyait le salut de l'Inde dans le maintient des paysans sur leurs terres, est exaucé. 

    Et puis :



    Rochechinard, dans le Royans, au pied du Vercors. Une centaine d'habitants, notre village depuis vingt ans. Autrefois village essentiellement agricole, aujourd'hui ne reste que trois ou quatre éleveurs, producteurs de céréales. Les anciennes familles sont toujours là, mais presque tout le monde y compris les jeunes bien entendu, travaille au-dehors.
    Depuis une quinzaine d'années des néoruraux comme nous, sont venus s'installer ici, dans un cadre encore miraculeusement protégé, influençant à la fois le paysage et les rapports humains. Comment chacun peut-il trouver sa place, son gagne-pain, son art de vivre dans un XXIème siècle où plus rien ne semble stable, sécurisant ? Ici, dans ce tout petit bout de terre, dans ce petit morceau d'humanité...

    Ma foi, l'idée était vraiment belle et je me suis inscrite pour cette nouvelle aventure.

     


    A suivre......... 
    





















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire